LA PRÉPARATION IDÉALE POUR RÉUSSIR SA PACES

 

 

 

Tout grand sportif sait que la préparation compte énormément dans la réussite lors d’une compétition.

Le concours de santé PASS, LAS (ancien PACES) peut facilement être comparé à une compétition internationale, type « jeux olympiques ».

 

conseil reussir paces sante

Pour être prêt le « jour J » vous pouvez commencer votre préparation dès le lycée. Attention je ne dis pas qu’il est nécessaire de commencer à apprendre les cours dès aujourd’hui, même si, plus vous vous y prenez tôt, mieux c’est.

Dans cet article, je vais vous parler de tout ce qui va autour du concours, à savoir :

  • Affiner son « why » pour garder la motivation pendant l’année,
  • être conscient de ses qualités et défaut pour les transformer en forces,
  • commencer à se préparer à l’impréparable,
  • sélectionner son équipe pour réussir,
  • choisir avec soin les lieux où travailler.

Autant être transparent avec vous tout de suite, l’année va sûrement être dure et intense. Il est évident que, pour réussir votre première année, il est nécessaire de faire certains choix stricts que certains qualifierons peut-être de « sacrifices ». Soyez bien conscient que, même si vous validez la première année, il vous restera encore bien 10 ans avant le diplôme.

Donc, pour réussir ce périple, vous aurez besoin d’une immense motivation. Et personne ne pourra vous en donner une telle quantité, à part vous-même.

C’est pourquoi la recherche de votre motivation interne profonde peut être décisive pour garder la motivation sur du long terme.

Comment faire ? Sachez que plusieurs méthodes existent déjà, créées par personnes spécialisées dans ce sujet, notamment les « coachs pour étudiants » auxquels vous pouvez faire appel.

Sinon, vous pouvez déjà amorcer le travail en vous posant plusieurs questions, notamment « les 5 pourquoi ? » :

  • Pourquoi voulez-vous faire ce concours ? (exemple de réponse : pour devenir médecin)
  • Pourquoi veux-tu devenir médecin ? (exemple de réponse : Pour travailler avec des enfants en pédiatrie)
  • Pourquoi travailler avec des enfants en pédiatrie ? (En quoi cela est important pour toi ?)
  • Quel métier souhaites-tu faire ? (Médecin, pédiatre, dentiste …) ?
  • Quel type de médecin souhaites-tu être ?

L’idée de cet exercice est d’arriver à visualiser concrètement un « futur idéal ». Cela permet à votre cerveau d’avoir une image claire d’un futur souhaité. Cette visualisation donne une raison tangible à votre cerveau pour agir plus fortement. Ce sont d’ailleurs des méthodes utilisées dans de nombreux domaines de la préparation mentale, notamment pour les sportifs de haut niveau qui se « mettent en condition ».

reforme PACES

Je discutais récemment avec un élève, Hugo, qui me disait avec une grande lucidité qu’il avait peur d’aller sur la faculté de Montpellier car il aime beaucoup passer du temps avec ses amis et faire la fête. Évidemment, pendant l’année, il sait que cette habitude sera clairement un handicap pour lui… Sachant cela, comment essayer de tirer au mieux parti de ce que vous connaissez déjà de vous ?

Pour commencer, il est important de faire le bilan de vos qualités et de vos défauts.
Vous pouvez faire l’exercice tout seul ou demander un « audit social » auprès de personnes qui vous connaissent (membre de la famille, amis…).

Voici quelques exemples de questions que vous pouvez poser :

Rassurez-vous, le plus important ce n’est pas tellement les réponses que vous allez obtenir, mais plutôt de réfléchir à la façon dont vous pourrez transformer ces qualités ou défauts en force pour le concours.

Dans le cas d’Hugo, sa qualité d’être sociable pouvait facilement devenir un problème pour le concours de médecine. Comment faire de cette grande capacité à se sociabiliser un atout ? Dans ce cas-là, une des solutions, comme il se nourrit des interactions sociales, serait de créer un groupe d’amis studieux avec qui il aura des rendez-vous de travail très réguliers afin de l’amener à travailler davantage.

Notre cerveau a beaucoup de mal à anticiper un futur, même proche, tant qu’il n’y associe pas de concret. C’est par exemple un des problèmes du réchauffement climatique, à la fois lointain mais pas tellement, avec encore trop peu de signes concrets dans notre quotidien.

Du coup, vous avez beau déjà savoir que cette année de concours va être compliquée, ça reste finalement très difficile à anticiper…

Mais en fait il existe une astuce redoutable à cela : c’est de rencontrer votre « sosie du futur ». Oui oui vous avez bien lu.
En clair, le principe est de chercher dans votre entourage, proche ou plus éloigné, des personnes qui ont passé le concours il y a peu de temps. L’idée à ce stade, c’est d’avoir idéalement un retour d’expérience avec au moins 3 personnes qui l’ont eu et 3 qui l’ont raté.

Organisez des interviews comme si vous étiez un journaliste. La clé c’est vraiment de les faire parler de leur concours pour capitaliser sur leur expérience.
Utilisez des questions ouvertes pour laisser venir la spontanéité :

  • Peux-tu me raconter ton quotidien pendant le concours ?
  • Selon toi qu’est-ce qui a fait ta réussite (ou ton échec) ?
  • Quels enseignements tires-tu de cette année de concours ?
    ….

Une autre astuce intéressante pour se faire une idée du rythme est de participer à des stages de prérentrée organisés par des prépas. Sachez cependant que, sauf si vous avez travaillé sur votre méthode de travail en amont, ces stages ne vous permettront pas de prendre réellement d’avance sur le programme. Car sans méthode efficace vous allez vivre une sorte de banquet romain.

Je m’explique : vous allez être gavé de connaissances comme on peut le faire avec de la nourriture et, quelques heures ou jours plus tard, vous vomirez la plupart et il ne vous restera que le goût amer de l’intensité du travail à fournir et de la quantité dingue d’information à apprendre !

equipe reussir etudes sante

Ne confondez pas sport individuel et sport en solitaire ! Rappelez vous que tout sportif individuel de haut niveau a une équipe avec lui.

Prenez Kilian Jornet qui a battu de nombreux records en course à pied ou Guillaume Nery, champion du monde d’apnée. Dans leurs autobiographies, ils racontent bien qu’à chaque record, ils ont toute une équipe avec eux.

Donc vous pouvez commencer dès maintenant à recruter l’équipe qui contribuera à votre réussite :

  • L’intendance, le linge, la nourriture…
    Certains parents seront disponibles et motivés pour vous aider pendant l’année. Tout le monde n’a pas cette chance. Si c’est votre cas, il peut être intéressant d’en parler avec eux et de voir comment simplifier ce travail ou en tout cas reconnaître qu’il vous permettra de gagner un temps précieux.
    Si ce n’est pas le cas, commencez déjà à apprendre à devenir autonome sur ces questions logistiques pour que ça devienne plus facile et rapide.

 

  • Un staff médical
    Sur tous ses records, Kilian Jornet a un médecin et un kinésithérapeute pour la récupération et en cas de problème. Pour vous c’est pareil, avez-vous fait un bilan ophtalmique ? Chez un ostéopathe ? Chez votre dentiste ?
    Il serait dommage de prendre du retard car vous n’avez pas de paire de lunettes qui vous permette de lire le tableau en amphi ou un super mal au dos qui vous empêche d’aller à vos TD…

 

  • Des motivateurs
    Il sera important d’avoir des personnes à qui vous pouvez parler et qui vous donnent le moral. Plusieurs personnes peuvent vous y aider : vos parents, un oncle, un ami… Vous pouvez en avoir plusieurs que vous sollicitez à des moments différents.

 

  • Des compagnons de travail
    Par exemple, Guillaume Nery explique que pour ses entraînements il fonctionne toujours en binôme, à la fois pour la sécurité en apnée mais aussi pour se donner mutuellement la motivation d’aller à l’eau même quand il fait froid… Pour vous c’est la même idée, trouvez un ami ou groupe d’amis pour vous motiver à aller travailler. Si vous ne connaissez personne, les prépas peuvent faciliter ce genre de rencontres.

 

  • Avec ou sans prépa ?
    Depuis des dizaines d’années, la préparation au concours de médecine est un véritable business. La plupart des prépas vous diront que l’on ne peut pas réussir sans elles. La réalité est en réalité un peu plus nuancée.
    Ce qui est vrai c’est qu’on ne peut pas réussir sans être accompagné. Mais pour cela, il existe un grand nombre d’acteurs : La faculté, le tutorat de la fac, des prépas présentielles aux valeurs de solidarité et familiale, d’autres avec une mentalité plus orientée « compétition intensive », des prépas purement en ligne qui résument les cours et vous proposent des QCM pour tester vos connaissances…
    Je vous invite à faire le tour de ce qui existe dans la ville où vous prévoyez de faire votre année. De voir ce qui vous inspire et aussi d’estimer le budget que vous pouvez investir.

Quelle fac ? Quelle ville ?
Pour certains, la réponse peut être évidente, mais pas pour tout le monde. Vous avez plusieurs critères à prendre en compte :

  • Le budget (vivre à Paris n’est pas pareil qu’a Besançon).
  • La proximité avec votre famille ou amis. Moralement, l’année va être intense, donc avoir la possibilité de rentrer chez soi le week-end peut être très précieuse pour le moral et aussi pour la logistique (linge, repas…).
  • Le pourcentage de réussite par faculté.

Vivre en appartement, en collocation, en internat, dans une chambre chez l’habitant ou chez ses parents ?
Votre choix va varier en fonction de plusieurs paramètres :

  • Le prix.
  • Un lieu calme propice pour se reposer et/ou travailler.
  • La distance de la fac.

Travailler chez soi, à la prépa ou à la BU (Bibliothèque universitaire) ?
Là encore, vous allez devoir expérimenter pour trouver la formule qui vous convient le mieux. J’ai des élèves qui préfèrent rester chez eux, d’autres préfèrent travailler 100% de leur temps à la BU, ou d’autres uniquement dans leurs prépas. En sachant que bien sûr, vous pouvez cumuler plusieurs lieux en fonction de ce qui vous convient le mieux.
La meilleure façon de savoir ce qui vous va, c’est de commencer le plus tôt possible par expérimenter. Même dès la terminale, allez vous faire des séances de travail à la BU, à la prépa si c’est possible ou autre…

methode paces reussir etudes sante

Je suis toujours très surpris de constater les erreurs que font certains élèves lorsqu’ils apprennent. Et pourtant, certains sont ultra motivés, mais c’est comme s’ils cherchaient à planter des clous avec leur main. Douloureux n’est-ce pas ? Ils ont beau avoir une immense motivation, ça sera toujours plus efficace avec un marteau.

Voici le top trois des erreurs d’apprentissage faites au lycée qui sont fatales en PASS, L.AS :

  • Commencer ses séances de révision par relire ses cours.
    C’est malheureusement la méthode la plus donnée, à la fois par les parents ou les enseignants : « Relisez vos cours, au moins avant d’aller vous coucher« . Pourtant, la science a démontré depuis longtemps que c’est une méthode quasi inutile. Il est important pour faire des révisions efficaces de toujours commencer par se tester. Soit spontanément en utilisant la méthode de la feuille blanche qui consiste à lister toutes les idées qui vous viennent à l’esprit à propos d’un cours, soit en répondant à des questions préalablement créées, soit en utilisant le plan du cours comme source d’inspiration.
    La lecture (et donc la relecture) viendra toujours après, comme correction.

 

  • Réviser le jour pour le lendemain
    Nous avons tous déjà utilisé cette méthode pour avoir une bonne note à un contrôle. Elle est clairement efficace lorsqu’on résonne à court terme. Mais dès qu’on a des objectifs à long terme, sur plusieurs mois comme pour les examens des parcours de santé, elle devient très chronophage et surtout inefficace.
    La clé pour optimiser son temps c’est clairement la méthode des révisions espacées, appelée aussi « la méthode des J ».
    Il existe plusieurs répartitions possibles, vous pouvez vous entraîner dès le lycée pour le Baccalauréat notamment avec les fréquences suivantes : J0, J1, J3, J7, J14, J30.
    J0 : apprentissage le jour zéro,
    J1 : révision au jour + 1
    J3 : révision au jour + 3
    Exemple si J0 est lundi, J1 est mardi, J3 est jeudi et ainsi de suite…

 

  • Vouloir absolument terminer de comprendre/apprendre un cours même si ça dure 3-5 heures.
    Au lycée, il est relativement facile de bien comprendre un cours et de l’apprendre en moins d’une heure voire 30 minutes pour certains. Surtout si vous avez été attentif en cours. Lors de la première année de PASS/L.AS, les chapitres sont bien 5 à 10 fois plus denses et surtout le rythme est vraiment plus rapide. C’est pourquoi il est fréquent de voir des étudiants chercher à absolument terminer un cours dans la journée.
    Or cette méthode relativement efficace pour des petits cours se montre contre-productive pour les grands cours de la fac de médecine. Il est largement conseillé et démontré de faire plusieurs séances plus courtes, d’une heure maximum, réparties sur plusieurs jours.
    Par exemple si vous travaillé un cours A le lundi, un B le mardi et C le mercredi, à chaque fois 3 heures par jour, il sera bien plus efficace de faire 3 séances d’une heure de la forme A, B et C le lundi, puis B, C et A le mardi et C, A, B le mercredi.

Jusqu’au BAC, la priorité pour réussir c’est de passer suffisamment de temps sur ses cours, à la fin de l’année il y a des places pour tout le monde. Lors du concours, les places sont limitées, tout comme l’est votre temps. Il est donc prioritaire pour réussir d’optimiser toutes les dimensions de votre vie.
Tout sportif de haut niveau sait qu’il est aussi important de gérer ses temps d’entraînement que ses temps de repos. Vous allez devoir apprendre à les identifier.
On peut créer 3 catégories de repos :

  • le sommeil
  • les micro-pauses pendant le travail
  • les activités qui ressourcent

 

Le sommeil
Aujourd’hui, notre société dort 1h40 de moins qu’au milieu du XXe siècle. Les bienfaits du sommeil ne sont plus à démontrer, aussi bien sur le développement de notre corps et cerveau que sur nos capacités d’apprentissage. Apprendre à identifier notre quantité de sommeil nécessaire et prendre des habitudes sera d’une grande aide pour votre concours.

Faire des micro-pauses pendant le travail
Les sportifs savent qu’il est très efficace de pratiquer le fractionné lors d’un entraînement. Vous pouvez faire la même chose lorsque vous apprenez. Programmer des pauses de 5 min toutes les 25-30min sera d’une efficacité redoutable. Testez-le !

Avoir des temps définis pour vous ressourcer
Le concours PASS, LAS, va clairement vous prendre de l’énergie, ça sera intense et difficile. Vous allez avoir besoin de vous créer un planning d’entraînement qui intègre des temps pour vous régénérer.
Déjà, ne confondez pas les activités qui vous donnent de l’énergie, et les activités qui vous en prennent. Le piège c’est que les deux activités peuvent être très agréables.
Je vais prendre mon cas au lycée mes deux grosses activités, c’était le basket (entraînement et match) et les jeux vidéos.

  • Les jeux vidéos
    C’était une grande passion, pendant les vacances je pouvais y passer 8 voire 10 heures par jour sans m’en rendre compte. À l’époque, je vous aurais dit que ça me donnait de l’énergie. Mais en toute objectivité après une séance de jeux j’étais un zombie, incapable de faire grand chose. Il m’était déjà arrivé de faire une partie de jeu vidéo avant un match de basket et systématiquement, j’étais en dessous de mon niveau habituel.

 

  • Le basket
    Physiquement c’était souvent intense et je dormais souvent très bien le soir, mais en général je me sentais mieux mentalement après un entraînement ou match.
    D’ailleurs je m’étais rendu compte que j’étais beaucoup plus efficace lors des matchs en déplacement. Car sans m’en rendre compte, je pratiquais intuitivement des méthodes de visualisation lors des temps de route avant les matchs.

Du coup pendant mes années d’études de concours, j’ai toujours réussi à mettre du sport, idéalement des entraînements de basket 1 fois par semaine, ou quelques shoots sur un panier le soir.
Maintenant c’est à vous de lister les activités qui vous donnent et vous prennent de l’énergie. Pour pouvoir identifier ce dont vous aurez besoin pour réussir sereinement votre année.

 

C’est tout pour mes conseils ! Si cet article vous a intéressé, vous pouvez aller voir notre formation spéciale « Terminale santé » que nous proposons pour mettre toutes les chances de votre côté et rendre cette première année bien plus facile !

Vous hésitez encore entre plusieurs concours ou avez besoin de conseils complémentaires pour réussir vos études ?

Voici quelques lectures qui pourraient vous intéresser.

Classe virtuelle

Apprendre du vocabulaire en anglais

Comment comprendre 80% de toutes les conversations en anglais grâce à 1000 mots de vocabulaire ?

ameliorer-memoire-travail

Classe virtuelle

Booster sa mémoire - niveau 2

Perfectionnez-vous ! Appliquez notre méthodologie à votre propre projet d'apprentissage.

Classe virtuelle

Terminale Santé

Notre parcours dédié aux étudiants en terminale préparant des études de Santé, pour leur donner toutes les chances de réussir !

Mémoriser les formes et noms de plantes

Mémoriser les formes et noms de plantes

Comment développer votre culture générale ? Grâce à la méthode SAC nuage, je vous livre dans cet article une astuce pour apprendre à mémoriser le nom de plantes ou de fleurs.

Star Master – le jeu de mémoire made in France

Star Master – le jeu de mémoire made in France

  UN JEU MADE IN FRANCE   Fabriqué en France, le jeu de mémoire Star Master est conçu et fabriqué depuis 2017 par une petite entreprise familiale constituée entre les 2 parents (Valérie et François, le concepteur du jeu – 54 ans) et les 2 enfants majeurs du...

Envie de chouchouter vos neurones ?

Vous avez bien raison !

Chaque mois notre équipe vous propose des  conseils et des astuces mémorisation !

Sébastien Martinez

Mémoriser pour performer

0

Prenez une avance considérable sur vos études de santé dès maintenant ! ?

Votre première vidéo est en route :) Pensez à vérifier vos spams !