Les secrets de votre mémoire


secrets-de-la-memoire
Votre voyage dans le monde de la mémoire ne fait que commencer. Vous avez certainement perçu une infime partie de l’espace qui s’ouvre devant vous. Vous pouvez aller très loin !

Comprendre, se concentrer, s’entraîner

Il n’y a pas de génies de la mémoire, juste des curieux qui apprennent à manier l’art de l’attention. Mon petit doigt me dit que vous êtes l’un(e) d’entre eux…

Pour avoir confiance en votre mémoire, vous devez comprendre comment elle fonctionne. Tout est question de concentration.

Dans un monde où nous sommes sollicités de toutes parts et où l’on vante le multitasking (faire plusieurs choses à la fois), la concentration devient une qualité rare. Vous devez cultiver cette capacité pour améliorer votre mémoire.

couverture-une-memoire-infaillibleIllustration :

  • ouvrez un livre et sélectionnez une page sans illustration et sans titre. Rien ne retient votre attention. C’est le fouilli.
  • regardez maintenant la couverture du même livre : vous repérez rapidement le titre, l’illustration éventuelle, le nom de l’auteur et peut-être même la maison d’édition.

Votre concentration a besoin d’un guide. S’il n’est pas automatiquement proposé -comme l’éditeur l’a fait en structurant la couverture de l’ouvrage- c’est à vous de construire votre propre guide, de dessiner le chemin que votre mémoire empruntera pour retrouver les informations.

C’est ce que je vous enseigne pendant mes formations.

Les différents types de mémoire

Pour pouvoir faire un meilleur usage de notre mémoire, nous devons comprendre comment elle fonctionne. Je devrais d’ailleurs dire, comment elles fonctionnent. Car, selon le modèle de représentation de la mémoire le plus répandu, nous avons différents types de mémoire, soit plusieurs systèmes de stockage et donc différents chemins d’accès.

  • La mémoire déclarative ou mémoire explicite : on touche ici les informations que vous pouvez solliciter consciemment et exprimer par le langage.
    • La mémoire déclarative se divise entre mémoire sémantique (mémoire des mots, des concepts et des connaissances générales) et mémoire épisodique. Cette dernière  est liée au contexte des évènements vécus. Elle n’est pas volontaire : les souvenirs se gravent de manière automatique.
    • liée au contexte des évènements vécus. Elle n’est pas volontaire : les souvenirs se gravent de manière automatique.
  • La mémoire non-déclarative ou mémoire implicite : aussi appelée mémoire procédurale, elle relève de processus inconscients liées à nos savoir-faire. Le vélo ça ne s’oublie pas, n’est-ce pas ?

MEMOIRE_LTM

La plupart des méthodes que je vous enseigne fait le lien entre les 2 mémoires déclaratives tout en sollicitant les mémoires implicites. Les émotions y jouent un rôle primordial. Elles transforment des informations à mémoriser en souvenirs personnels.

En pratique
Prenons un moment que vous avez vécu hier. Pour cela nous allons créer du sens en faisant appel… à vos sensations.

Choisissez un instant de vie de votre journée passée : une rencontre, une scène dans la rue, une discussion… ce que vous voulez.

Maintenant, rassemblez toutes les informations sensorielles liées à ce moment : la température, l’air sur votre peau, la lumière, les couleurs, les parfums, les arômes, les matières, les sons…

Concentrez-vous sur chacun d’eux et ressentez à nouveau les émotions que vous avez vécues.

On ne se force pas à mémoriser. On cherche juste à reproduire une faculté utilisée spontanément pour créer un souvenir.

D’ailleurs… vous venez de créer un souvenir durable.

Souvenez-vous en ! 😉