MÉMOIRE SÉMANTIQUE

 

 

 

Chaque individu dispose de trois types de mémoire à long terme : la mémoire épisodique, la mémoire procédurale et la mémoire sémantique. Ce dernier correspond au dictionnaire personnel de chaque être humain sur ce qui constitue son environnement. Voici les grandes lignes à retenir sur la mémoire sémantique et son fonctionnement.

Vous cherchez une définition ou une information de culture générale ? Vous faites appel à votre mémoire sémantique.

Cette dernière se définit comme étant une mémoire des significations, mais également de connaissances générales. Elle ne nécessite ni les expériences personnelles, ni les souvenirs de l’individu.

Pour répondre à la question : « de combien de jours se compose une semaine ? » une personne n’est pas obligée de se rappeler un moment précis de son existence qui lui a permis d’assimiler cette connaissance. La mémoire sémantique lui permet de se rappeler instantanément qu’une semaine équivaut à sept jours. Une personne fait également appel à la mémoire sémantique lorsqu’elle veut se remémorer d’une connaissance déjà acquise . Comme pour répondre par exemple à la question : « En quelle année l’homme est allé sur la lune pour la première fois ? ».

Définition de la mémoire sémantique en psychologie cognitive

D’après D.A. Balota et J.H. Coane, dans Learning and Memory: A Comprehensive Reference, paru en 2008 :

“La mémoire sémantique correspond à l’énorme réservoir d’informations accessibles facilement dans le cerveau de chaque être humain.”

Dans le chapitre intitulé Cognitive Psychology of Memory les deux experts proposent un panorama des multiples façons de conceptualiser la sémantique cérébrale.

Comment évaluer la mémoire sémantique ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs méthodes différentes qui permettent d’évaluer la mémoire sémantique d’un individu.

Parmi ces techniques, la méthode de calcul de l’amorçage sémantique est sans doute la plus répandue. Il s’agit d’un test qui mesure le temps de réaction du sujet lorsqu’on lui présente un mot ou un non mot sur un écran d’ordinateur. On montre d’abord un seul mot au sujet pendant une courte période, généralement quelques centaines de millisecondes. Un court délai est observé avant qu’un “mot cible” ne s’affiche à nouveau à l’écran. Ce dernier est également affiché pendant quelques centaines de millisecondes, et est composé d’une chaîne de lettres, qui forme soit un mot, soit un non mot. Par exemple, si le premier est le mot « docteur », alors le “mot cible” pourrait, par exemple, être « infirmière », ou le mot « pain ». Il pourrait également s’agir d’un non mot tel que « nrseu ». Lorsque le premier mot et le “mot cible” ont tous deux été présentés, le sujet doit décider si le “mot cible” est un mot réel ou non.

Les résultats ont montré que si le “mot cible” est sémantiquement ou associativement lié à le premier, par exemple lorsque « médecin » est suivi de « infirmière », le sujet répond plus souvent rapidement que lorsque le “mot cible” n’est pas en rapport avec le premier mot, comme dans « docteur » – « pain ».

Ainsi, la vitesse de réponse à cet exercice détermine la bonne santé d’une mémoire sémantique.

Rôle du lobe temporal

Le cerveau est divisé en lobes distincts. Le lobe temporal est situé derrière vos oreilles et s’étend des deux côtés du cerveau.

Le lobe temporal est impliqué dans la vision, la mémoire, l’apport sensoriel, le langage, les émotions et la compréhension.

La mémoire sémantique est au centre de la mémorisation de nos connaissances sur le monde, elle est en quelque sorte notre « encyclopédie mentale ».

Elle regroupe les idées et les concepts. La mémoire sémantique régit notre rapport à l’environnement, car elle stocke :

  1. les noms des objets (ex : fourchette),
  2. leurs fonctions (ex : piquer),
  3. leurs utilisations (ex : saisir avec sa main),
  4. leurs caractéristiques (ex : argenté, avec un manche en bois, cuivré, en or, etc.).

La mémoire sémantique est organisée par catégorie :

  • Une mouette est un animal,
  • Une mouette est donc un animal

La mémoire sémantique est notre grand dictionnaire personnel sur ce qui nous entoure.

En vieillissant, une personne perd peu à peu certaines de ses aptitudes physiques et mentales. Bien que la mémoire épisodique et la mémoire de travail soient les plus vulnérables, la mémoire sémantique doit être particulièrement observée et travaillée avec l’âge.

Souvent, une personne âgée a du mal à décrire des objets ou à formuler un mot relatif à une définition. Les experts assimilent ce fait au concept du « mot sur le bout de la langue ».

Néanmoins, ces difficultés ne sont pas obligatoirement le signe d’un déclin de la mémoire sémantique. Selon de nombreux chercheurs, les connaissances sémantiques sont intactes pour une personne qui vieillit normalement. Toutefois, c’est son aptitude à exploiter ces connaissances efficacement qui diminue.

Par ailleurs, la mémoire sémantique est affectée lorsqu’une personne développe la maladie d’Alzheimer.

La mémoire sémantique dans la maladie d’alzheimer et de la dégénérescence fronto-temporale (DFT)

Les déficits de mémoire sémantique au début de la maladie d’Alzheimer sont généralement subtils et éclipsés par d’autres troubles cognitifs comme les problèmes de mémoire épisodique.

La DFT, en revanche, peut parfois causer une déficience sémantique précoce et importante.

La mémoire est un assortiment de procédés qui permettent à une personne de se rappeler un événement passé. Ce n’est en aucun cas une entité mystique qui a pour rôle de conserver vos données. Elle s’active grâce à la collaboration de différentes structures intellectuelles.

La capacité de mémorisation n’est pas la même pour chaque événement. Il existe cinq formes différentes de mémoire, mais les plus connues sont la mémoire épisodique et la mémoire sémantique. L’une et l’autre ont leur particularité respective, mais ces deux types de mémoire ont toutes deux la capacité de s’exprimer dans la durée.

La mémoire épisodique

La mémoire épisodique fait appel aux circuits localisés dans l’hippocampe et les lobes cérébraux pour se souvenir d’un fait particulier du passé. Elle permet également de se projeter vers l’avenir.

Outre sa capacité à stocker des renseignements prouvés et contextuels, la mémoire épisodique donne la chance à une personne de faire un voyage temporel et spatial.

Elle a un rôle important dans la vie d’une personne, car elle lui permet de s’adapter à son environnement et de définir son identité.

La mémoire sémantique

La mémoire sémantique intervient généralement dans la mnémotechnique de vos connaissances sur le monde.

Notre “encyclopédie mentale” a pour mission principale de gérer notre relation avec l’environnement.

Elle permet de :

  • comprendre les mots, les idées, les concepts, etc.
  • de comprendre et de faire des calculs,
  • de maîtriser des faits généraux de la vie.

Pour conserver toutes ses capacités, la mémoire sémantique doit se travailler régulièrement. À l’instar du muscle, il est possible de faire divers exercices pour cela.

  1. La lecture et la relecture sont les principaux exercices de mémorisation. Cela permettra au cerveau de bien s’imprégner des connaissances.
  2. La pratique des jeux de société comme les mots croisés, les échecs ou encore les jeux de cartes est vivement recommandée. Il existe également des jeux électroniques bénéfiques pour la mémoire comme les jeux de stratégie ou de logique.
  3. L’apprentissage d’une chanson ou d’un poème s’avère être une gymnastique cognitive indispensable.
  4. Développer une vie sociale est une autre manière d’exercer le cerveau. Il est conseillé de favoriser les sorties entre amis, ou encore les voyages.
  5. Pour compléter les exercices, il faut également avoir une bonne alimentation et adopter un bon rythme de sommeil.

La formule illimitée

Un programme d’accompagnement sur une année scolaire complète pour réussir son année et ses concours.
A découvrir absolument !

Le stage « Réussir sa PACES »

5 jours de stage dédiés aux étudiants préparant la première année commune aux études de santé (PACES).

Booster sa mémoire Niveau 2

Une formation de perfectionnement dans la continuité de la formation «Booster sa mémoire – Niveau 1». 

La Méthode Martinez allie techniques de mémorisation et stratégies d'efficacité.

Chaque trimestre notre équipe vous présente un outil redoutable !

Oublier 7 fois pour retenir : vrai ou faux ?

Oublier 7 fois pour retenir : vrai ou faux ?

“Il faut oublier 7 fois pour retenir” : une  maxime bien connue quoiqu’un peu approximative. Je vous propose aujourd’hui d’en modifier légèrement la formulation pour une approche plus juste scientifiquement :  “Oublier 7 fois pour considérer que l’on sait...

Comment retenir les noms des postures de yoga en sanskrit ?

Comment retenir les noms des postures de yoga en sanskrit ?

Apprendre les noms des 84 postures fondamentales en yoga est déjà un petit défi en soi, mais quand il s’agit de les retenir en sanskrit, un peu de méthode s’impose ! Sarvangāsana (la chandelle), Halāsana (la charrue), Matsyāsana (le poisson), Pashchimotāsana (la...

Envie de chouchouter vos neurones ?

Vous avez bien raison !

Chaque mois notre équipe vous propose des  conseils et des astuces mémorisation !

illustration formation elearning sebastien martinez logo noir

CHAQUE MOIS DES ASTUCES "MÉMORISATION" DANS VOTRE BOITE MAIL !

Surveillez votre boite mail !