Langues étrangères : nous vous expliquons pourquoi l’immersion est une bonne idée !

10 Oct 2017

Ces dernières années, on a vu apparaître aux quatre coins du globe de nouvelles
méthodes d’apprentissage, dont une nouvelle génération de stages immersifs qui misent sur la pratique intensive. La team Sébastien Martinez est conquise !

On vous explique tout…à commencer par le fonctionnement du cerveau lorsqu’on apprend une langue

Lorsqu’on apprend une langue étrangère, deux aires cérébrales sont mobilisées :
L’aire de Wernicke qui permet de comprendre les langues. Elle ne distingue pas les différentes langues qui, pour elle, forment une entité globale.
L’aire de Broca qui permet de s’exprimer à l’oral dans une autre langue. Chaque langue y est différenciée des autres et compartimentée, sauf dans le cerveau des enfants bilingues ou multilingues. Comme les deux (ou plus) langues sont apprises simultanément, leur cerveau ne les distingue pas l’une de l’autre. Ces enfants passent de l’une à l’autre très facilement. Pour les apprenants adultes, la dichotomie Broca/Wernicke explique en revanche que certaines personnes comprennent bien une langue étrangère, mais ont de grosses difficultés à s’exprimer oralement.

Lorsqu’on veut pouvoir parler une langue étrangère, et pas seulement la comprendre, il est important de faire travailler son aire de Broca. Apprendre une langue, ce n’est pas comme apprendre une leçon de géographie ou des tables de multiplication.
Il faut signifier au cerveau que l’on travaille sur le langage, pour activer les bonnes zones. Vouloir apprendre des listes de ocabulaire de la même manière qu’on apprendrait la liste de toutes les capitales du monde serait
fastidieux et inefficace à long terme.

Le vocabulaire d’une autre langue doit s’apprendre dans le cadre d’échanges oraux, de jeux avec les mots, bref, dans des conditions qui font appel aux aires dédiées aux langues.
C’est pour ça que la meilleure façon d’apprendre une langue, c’est de s’y plonger intégralement.

L’immersion, la meilleure façon d’apprendre une langue

Des écoles se sont spécialisées et proposent un enseignement différent au cours de séjours immersifs. Ainsi, nous avons ainsi eu l’occasion de visiter l’Institut de Français, situé à Villefranche, au bord de la Méditerranée. Il propose des séjours d’une durée de deux à quatre semaines, au cours desquels l’emploi du temps millimétré induit une pratique intensive du français et une immersion totale, pour des résultats garantis.
Outre les cours intensifs et les pauses conversations avec les tuteurs et les professeurs, l’école organise de nombreuses activités sociales et culturelles, pour une expérience plus forte et un apprentissage plus riche.
Soirées dansantes, théâtre, dîners au restaurant, visites de musées sont autant d’occasion d’affermir l’apprentissage de la langue en le fixant sur une base ludique et culturelle.

D’autres écoles sont fondées sur ce modèle : le Centre de linguistique appliquée de Besançon a accueilli cet été pas moins de 300 étudiants.
Venus de tous pays, d’origines et de cursus différents, les étudiants ont un objectif commun : apprendre le français.

L’Institut français des langues et des services a lui accueilli 23 élèves en Summer Camp. Ils font partie du réseau “n+i”, un réseau de 70 écoles d’ingénieurs françaises.
Diplômés dans leur pays, ces futurs ingénieurs sont en France pour parfaire leur apprentissage et obtenir de nouveaux
diplômes. Le programme reste à peu près le même, à savoir l’apprentissage du français basé sur des découvertes culturelles et gastronomiques en plus des cours intensifs.

Le rôle non négligeable de la mémoire

Évidemment, parler de l’apprentissage d’une langue impose de parler de la mémoire et du rôle essentiel qu’elle a à y jouer puisque lorsqu’on apprend une langue, il est nécessaire de “retenir”.
Impossible de comprendre ou de parler une langue si on n’a pas mémorisé sa grammaire et sa syntaxe.
Cet apprentissage se fait en trois étapes clés :
• L’encodage : c’est la formation de traces mnésiques, des sortes de souvenirs inconscients.
• La consolidation : elle consiste à stocker les informations dans la durée.
• La récupération : c’est le moment où on “rappelle” les souvenirs afin de les réutiliser.

Or l’immersion, en plus d’activer les “bonnes” zones du cerveau, enrichit l’apprentissage et les moyens de fixer et rappeler les souvenirs.
On le sait, un souvenir contextualisé et émotionnellement signifiant sera plus facilement retenu et rappelé, un peu à la façon des madeleines de Proust.

Comment retenir le nom des gens que vous rencontrez ?

Dans le monde du travail comme ailleurs, la mémoire des noms et des visages est un réel atout. Quoi de plus gênant que de se trouver face à un visage familier dont on ne se souvient plus du nom ? Tout le monde a un jour vécu cette scène affreuse en oubliant le...

Comment apprendre par cœur 280 mots d’italien ? Partie 1/2

Vous avez des difficultés pour apprendre et parler les langues étrangères ? Lancez-vous ce défi : comme moi, apprenez par cœur 280 mots (d’italiens ?) d’ici 30 jours !Pour cela il vous faut 15 minutes par jour pendant 1 mois et en contrepartie vous aurez la classe cet...

Envie de chouchouter vos neurones ?

Vous avez bien raison !

Chaque mois notre équipe vous propose des  conseils et des astuces mémorisation !

illustration formation elearning sebastien martinez logo noir

CHAQUE MOIS DES ASTUCES "MÉMORISATION" DANS VOTRE BOITE MAIL !

Surveillez votre boite mail !