Réussir vos études de santé : nos conseils après avoir fait le « Niveau 1 » !

27 Oct 2020

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je m’adresse tout particulièrement aux élèves qui font des études de santé. Vous êtes plusieurs à me demander de l’aide pour approfondir vos capacités de mémorisation après avoir suivi la formation « Booster sa mémoire – Niveau 1 ». C’est d’ailleurs le cas d’Eva qui m’a envoyé, il y a peu de temps, un message car le niveau 1 ne lui suffisait plus dans le cadre de ses études en médecine.

J’en profite pour vous rappeler que “booster sa mémoire – niveau 1” est une formation initiale qui vous donne les bases de notre méthode mais qui nécessite d’être approfondie si vous voulez vraiment performer. Elle n’est pas suffisante pour des élèves qui doivent intégrer une masse très importante d’informations en peu de temps, comme c’est le cas dans les études de santé. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons créé un parcours qui leur est spécialement dédié

Je vais quand même essayer dans cet article de vous donner quelques astuces qui, je l’espère, vous seront utiles. En l’occurrence, Eva m’avait demandé de l’aide concernant certains sujets en particuliers que je vais donc aborder ici.

Apprenez tout sur le cycle de Krebs

Tout d’abord, nous allons voir comment mémoriser le cycle de Krebs.

Pour retenir la liste de produit/réactif, je vous recommande d’utiliser la méthode des lieux. Vous l’avez probablement déjà vue pour mémoriser la liste des présidents des Etats-Unis avec l’un de nos formateurs en niveau 1. Je fais souvent cet exercice avec des étudiants en études de santé et, pour vous donner un ordre d’idée, nous arrivons généralement à mémoriser la liste des 9 éléments en 3 minutes et 20 secondes.

Evidemment, ils sont très entraînés, mais même pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude de l’utiliser, cela ne devrait pas prendre plus de dix minutes. Ce qui représente déjà un gain de temps considérable ! Voici, pour vous aider, quelques exemples d’associations que vous pouvez faire avec ces éléments :

Pour citrate, vous pouvez penser à du citron.

Pour cis-aconitate, imaginez un incognito en train de scier.

Pour isocitrate, représentez-vous un citron en train de jouer du triangle… isocèle

Pour alpha cétoglutarate, vous pouvez visualisez un réveil (céto fait penser à c’est tôt) avec un rat englué.

Bref, tout ce qui peut vous inspirer marche, à vous de trouver l’association qui vous parle ! Une fois que vous en avez trouvé une pour chaque élément, vous n’aurez plus qu’à les stocker dans un lieu.

Devenez incollables sur les acides aminés

Maintenant, essayons de chercher ensemble des moyens pour retenir les acides aminés. Pour cela, il y a un exercice que nous aimons bien réaliser avec les élèves durant les stages dédiés aux études de santé et que je vais vous expliquer ici. L’enjeu est de jouer avec les noms et les formes des acides aminés. Si on prend par exemple la phénylalanine. 

acide aminé phénylalanine

Son nom peut faire penser aux mots fées et mines et sa forme évoque celle d’un monocycle. Le but va être de créer un lien entre ces éléments. Nous pouvons donc imaginer ici une fée faisant du monocycle en entrant dans une mine.

Bien sûr, après la phase d’association, vous aurez besoin de vous tester et de vous corriger. En effet, la précision des formules viendra mais cela demandera un peu d’entraînement. Généralement, durant le stage, il faut environ une demi-heure aux élèves pour retenir les 20 acides aminés.

Transformez-vous en expert des formules

Ensuite, pour retenir tout ce qui appartient au domaine des formules (chimie, maths, réactions), la difficulté réside principalement dans le fait qu’il faut réussir à trouver des associations avec des idées complètement nouvelles, un peu comme pour apprendre une nouvelle langue. Dans ce cas-là, vous avez deux possibilités :

Soit vous cherchez à comprendre en profondeur les principes, les réactions pour pouvoir ensuite les retrouver par le raisonnement. 

Soit vous ne comprenez rien et dans ce cas, vous pouvez vous amusez à chercher des liens loufoques pour les apprendre par cœur. 

Personnellement, je conseille d’opter pour une voie intermédiaire. C’est-à-dire que vous allez chercher à comprendre au maximum les informations (l’idéal serait de comprendre entre 50 et 80% de ce que vous devez connaître) et, pour le reste, vous allez créer des associations irrationnelles pour mémoriser les détails qui ne rentrent vraiment pas.

Réussissez grâce au Mind Mapping

Enfin, j’aimerais aborder avec vous un dernier point. Eva m’a fait remarquer que la réalisation d’une carte mentale pour apprendre un cours était généralement trop longue et donc pas très adaptée à des études de santé durant lesquelles vous êtes généralement débordés de travail. Alors, il faut savoir que la méthode du Mind Mapping que l’on vous enseigne en niveau 1 nécessite de l’entraînement et de l’endurance pour être efficace en médecine. En effet, on vous apprend à réaliser des cartes mentales avec des cours très simples et il faut donc savoir reproduire l’exercice de manière très efficace pour s’en servir en études de santé. 

Pour ce qui est de la vitesse, pensez bien à prendre en compte le niveau d’appropriation de votre cours par rapport au temps consacré. Avec une méthode classique, vous aurez peut-être fini plus rapidement mais au bout de deux heures de travail, vous ne maîtriserez que 30% de votre cours. Avec le Mind Mapping, il est possible que vous ayez besoin de quatre heures pour voir ce que vous auriez vu en deux heures avec une méthode classique mais à la fin vous vous serez approprié 70% du cours. Vous serez donc plus efficace avec cette technique de mémorisation.

En fait, ce qui est vrai, c’est que vous ne pourrez pas appliquer le Mind Mapping à tous vos cours. Il faut que vous choisissiez bien ceux qui vous semblent les plus pertinents

En revanche, vous pouvez facilement réaliser des cartes sommaires, réalisables en dix minutes, qui vous feront gagner beaucoup de temps. Le principe va être de reprendre le sommaire d’un cours relativement long et de le mettre sous forme de map. Vous allez construire une carte jusqu’au niveau 2 maximum et vous verrez qu’ainsi vous gagnerez un temps précieux. L’avantage de ce type de carte, c’est qu’elle vous donne une vision globale du cours et vous permet de le réviser avec le sommaire qui vous apportera des indices.

Et pour encore plus d’efficacité, je vous conseille de les réaliser avant vos cours. Ainsi, vous serez moins perdu en amphi et vous ne ferez pas que retranscrire, un peu bêtement parfois, tout ce que dit le professeur. 

Si ce sujet vous intéresse et que vous voulez approfondir, vous pouvez vous inscrire à un des modules de mind mapping disponibles sur notre site pour avoir accès aux formations en e-learning.

Pour conclure, retenez bien que le plus important c’est d’avancer en faisant de petits pas. Inutile de modifier du tout au tout votre méthode de travail ! Tout n’est évidemment pas à jeter et vous devez y apporter des modifications au fur et à mesure pour la perfectionner. C’est comme cela que vous deviendrez de plus en plus efficace chaque jour et que vous réussirez dans vos études (de santé mais aussi dans tous les autres domaines).

Homemory – épisode 9 : La clé pour des révisions efficaces

Homemory – épisode 9 : La clé pour des révisions efficaces

Avec toute mon équipe et celle de Dr Good, nous avons travaillé sur une série de vidéos pour travailler votre mémoire... et celle de vos enfants !Confinement oblige, vous devez certainement aider vos enfants à faire leurs devoirs et à apprendre leurs leçons....

Envie de chouchouter vos neurones ?

Vous avez bien raison !

Chaque mois notre équipe vous propose des  conseils et des astuces mémorisation !