Avoir une scolarité épanouie grâce à une meilleure orientation scolaire

13 Fév 2020

Avez-vous déjà essayé de taper sur les moteurs de recherche : comment réussir sa scolarité ou ses études ? Ou comment accompagner ses enfants pour les aider dans leur parcours scolaire ? Les réponses qui reviennent le plus concernent l’organisation, la gestion du temps, une bonne préparation aux examens, etc.

Et si l’on abordait la question différemment : comment éviter l’échec scolaire ? Ici, plusieurs autres facteurs entrent en jeu : les difficultés liées à l’apprentissage, les problèmes de motivation, les causes pédagogiques, etc. Mais alors, la question qui se pose est : comment parents et corps enseignants peuvent accompagner les jeunes à se réinvestir dans leur scolarité et dans leur avenir ?

Quel accompagnement leur offrir ? Et si l’orientation positive était la solution ? Découvrons dans notre dossier comment une meilleure orientation peut amener à une scolarité plus épanouie et surtout à un meilleur avenir.

L’orientation au cœur de la réussite scolaire

Si l’on peine encore à trouver une définition commune, voire « officielle » à la réussite scolaire, l’échec scolaire, lui, est défini de plusieurs manières.

Selon Bernard Desclaux : « socialement, un élève en échec scolaire est une personne qui n’aura potentiellement pas les moyens d’évoluer d’un milieu social à un autre ou plus généralement d’une culture à une autre[1]

Enfant, préadolescent, adolescents, et jeunes sont confrontés très tôt à des choix qui sont décisifs pour leur avenir. À ce stade, ils sont déjà face à une certaine sélectivité, car les voies qu’ils choisissent ne sont pas fortement accessibles à tous. D’une part, la réussite scolaire est souvent évaluée selon des notes et l’obtention d’un diplôme. Et d’une autre part, il faut continuer à rappeler aux jeunes que la réussite professionnelle n’est pas réservée aux premiers de la classe. Là est toute la subtilité de l’orientation et du soutien scolaire.

On vient donc associer à la réussite scolaire, la réussite éducative. Elle va ramener plusieurs autres facteurs comme l’instruction, la socialisation, la motivation, et l’atteinte d’un potentiel qui ne se limite pas à des notes.

La motivation comme facteur de réussite durant l’apprentissage

Dans leur livre « Motivation et réussite scolaire », Alain Lieury et Fabien Fenouillet ont présenté le résultat de leur recherche sur la motivation.

Selon Fabien Fenouillet : « La motivation désigne une force intra-individuelle qui peut avoir des déterminants internes et/ou externes et qui permet d’expliquer la direction, le déclenchement, la persistance et l’intensité du comportement ou de l’action. »

La motivation est un des facteurs clés dans la réussite. Dans cette perspective, le système éducatif essaie aujourd’hui de proposer une meilleure orientation aux élèves pour éviter les échecs scolaires et viser l’atteinte d’un plein potentiel dans le domaine professionnel. L’objectif de cette approche est de proposer à chaque enfant/jeune, un parcours en rapport à leurs aspirations, ce qui va contribuer à leur motivation pour aller au bout de leur formation et atteindre la réussite scolaire.

L’orientation dans la prise de décision

Le plus difficile dans l’orientation des jeunes c’est d’essayer de ne pas influencer leur décision. En effet, l’influence des pairs associée à plusieurs facteurs sociaux, viennent souvent inspirer voire même guider cette décision d’où l’importance d’une bonne orientation. En effet, les parents, qui sont les premières personnes à orienter leurs enfants, ont souvent des rêves et des plans pour ces derniers. Il devient donc plus compliqué pour eux d’accompagner ses jeunes vers leurs propres rêves.

Une appli pour mieux s’orienter dès 15 ans, ça existe !

Pour les parents ou pour les accompagnateurs (conseillers d’orientation, coach scolaire, etc.), il n’est pas toujours évident de donner les bons conseils aux enfants. Étant conscient de l’enjeu qu’une bonne orientation va avoir sur la vie d’un jeune, cette tâche devient encore plus complexe. Pour faciliter cette orientation vers une bonne prise de décision, heureusement que des initiatives modernes et à la pointe de la technologie existent.

Actuellement, il existe une application web 100% gratuite dédiée aux jeunes de 15 à 25 ans, pour les aider dans leur orientation future. L’application « Génération Zébrée » accompagne chaque jeune pas à pas dans la découverte de soi, mais aussi dans les choix des métiers et des formations qui pourraient leur correspondre. Au-delà du simple conseil, Génération Zébrée va premièrement analyser chaque profil et chaque personnalité afin de déterminer les aspirations de chacun. Une fois cette étape réalisée, elle propose divers choix de métiers qui pourront correspondre à chacun, faciliter le choix de formation et ainsi concrétiser chaque projet d’avenir.

Pour rendre chaque expérience sur l’appli web totalement inédite, Génération Zébrée est facile à utiliser, intuitive et a déjà fait ses preuves auprès de milliers de jeunes depuis 2017.

Faire de ma passion mon métier

« Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie »

Confucius

S’épanouir au travail est une grande source de satisfaction et de motivation au quotidien. Si pour certains, travailler est, une obligation, pour d’autres, le travail et le bonheur se conjugue parfaitement ensemble. La clé de cette parfaite équation ? Exercer un métier qui est une passion. Ceci démontre encore plus l’importance d’une bonne orientation scolaire. Trouver une voie ou une carrière professionnelle qui associe une passion et un talent en particulier contribue grandement à la motivation pour réussir sa scolarité et aussi réussir dans le futur.

Ai-je une bonne mémoire ? Si oui, comment le mettre à profit ?

Pour certains, avoir une bonne mémoire c’est se souvenir de tout. Pour d’autres, c’est se souvenir de l’essentiel. Mais tout le monde est bien d’accord sur le fait qu’avoir une bonne mémoire est essentiel au quotidien, que ce soit pour les étudiants que pour les professionnels. Pourtant la perte de mémoire survient sans qu’on s’y attende et malheureusement, cela arrive à tout âge.

Il existe aujourd’hui plusieurs tests et méthodes pour tester, mais aussi booster sa mémoire.

Source : generationzebree.fr

Mémoire et efficacité

Utiliser sa mémoire de façon proactive est tout à fait possible grâce à la méthode Martinez. La mémoire peut vous aider à réussir vos projets et atteindre chaque objectif. Pour les étudiants, la mémoire, quel que soit son type (mémoire auditive, épisodique, sémantique, etc.), est un atout majeur dans la réussite de leur apprentissage (optimisation des révisions, mémorisation des leçons, etc.).

Pour un jeune, bien utiliser sa mémoire peut contribuer à avoir une scolarité plus épanouie, ce qui va l’amener à réussir ses études. La première étape est de comprendre ce que l’on apprend, et par la suite de le mémoriser afin de les classer dans le cerveau. Mais pour cela, plusieurs autres facteurs liés à la mémoire sont à prendre en compte : une bonne hygiène de vie, une bonne méthode de révision, de la régularité dans le travail, etc.

Depuis 2015, dans chacune de ses formations, le champion de France Sébastien Martinez prodigue ses précieux conseils pour bien apprendre et réussir. Ses méthodes ont déjà fait leurs preuves auprès de jeunes, mais aussi d’adultes.

À la découverte de métiers insoupçonnés

Lorsqu’on demande à un enfant ce qu’il veut devenir plus tard, les réponses sont souvent les mêmes : pilote, pompier, médecin, instituteur, etc. Plus tard, on les orientera également vers des métiers et des formations déjà connues. Toute la subtilité de l’orientation reste cependant dans cette capacité à découvrir dans chacun de ses enfants, une capacité ou une aptitude qui pourraient aboutir à d’autres possibilités. L’évolution des techniques et de la vie en générale fait qu’il existe une diversité insoupçonnée dans les métiers. Pour découvrir ce type de métier, il faut aller puiser au-delà de ce qui existe déjà.

"FOCUS santé"

 

Découvrez notre formation

dédiée aux études de santé

 

Mieux se connaître pour bien choisir ses études supérieures

Mieux s’orienter commence par mieux s’informer. La première étape avant de choisir son cursus universitaire est de bien s’informer. Cela commence donc par une vision globale des formations existantes ainsi que des débouchés possibles. Ensuite, il faudra apprendre à se connaître soi-même. Mieux se connaître, c’est aussi mieux s’orienter.

La connaissance de soi va permettre de baliser en quelque sorte les recherches. Il faut se poser certaines questions :

  • Quelles sont vos ambitions ?
  • Quelles sont vos qualités et vos faiblesses ? Est-ce qu’ils vont vous pousser ou vous freiner dans l’atteinte de votre objectif ?
  • Quel genre d’élève êtes-vous ? Et quelles sont vos matières préférées ?
  • Qu’est-ce qui vous motive ?
  • Quel est votre projet d’avenir ?

La réponse à toutes ces questions va amener à une certaine évidence. Par exemple, un élève qui a besoin d’encadrement ne va pas aller suivre des études en alternance au risque de rencontrer un échec dans ses études supérieures.

Les clés de la recherche d’information

Faire un choix d’étude implique aussi quelques recherches complémentaires d’informations. Comme mentionné plus haut, aujourd’hui, internet nous offre déjà une source infinie d’informations. Il existe aussi des formes d’aides à la réussite que l’on trouve dans les écoles : le tutorat, le coaching, le blocus assisté, etc.

En France, plusieurs acteurs aident les jeunes dans ce processus d’information et d’accompagnement :

  • Les centres PMS ou psycho-médico-sociaux
  • Le SIEP ou Service d’information sur les Études et les Professions
  • Les CIO ou centres d’information et d’orientation
  • Les SCUIO ou services communs universitaires d’information et d’orientation
  • Les réseaux du CIDJ ou centres d’information jeunesse

Suis-je fait pour l’entrepreneuriat ?

L’entrepreneuriat découle d’une volonté d’entreprendre de devenir indépendant, et en quelque sorte, s’émanciper. Ce désir d’indépendance va amener une personne à vouloir voler de ses propres ailes et créer une entreprise. C’est la promesse d’une certaine liberté et autonomie, mais aussi le risque de perdre la stabilité d’un emploi fixe et permanent.

Les jeunes et l’entrepreneuriat

Selon les chiffres de la Conférence annuelle des Entrepreneurs en 2019, l’entrepreneur français a en moyenne 39 ans. Le taux d’activité entrepreneurial chez les jeunes reste assez faible. Pourtant, selon une étude menée par OpinionWay, les jeunes de 18 à 30 ans veulent réellement entreprendre. Pour preuve, 42.5% des jeunes Français ont comme projet / désir de créer leur propre entreprise.

L’orientation vers la création d’entreprises est donc une piste sérieuse à explorer pour solutionner le chômage des jeunes. Le plus important est de savoir déceler cette capacité et potentiel entrepreneurial. À noter que ces intentions entrepreneuriales peuvent être entamées sans attendre de finir une formation ou un parcours universitaire.

Source : generationzebree.fr

Conclusion : l’orientation positive 

L’orientation positive est un concept qui prend tout son sens avec la nouvelle génération qui arrive sur le marché du travail, elle est décomplexée, en pleine confiance, non genrée et veux un travail « plaisir ». Durant cette période de choix et de prise de décision, le plus important est de dédramatiser les choses en adoptant une démarche d’orientation positive . Cela implique plusieurs nouvelles méthodes d’accompagnement (discours bienveillant, approche plus humaniste, écoute, échange, etc.) que vous pouvez retrouver sur l’excellent site de Génération Zebrée.

Le rôle de chacun

Dans ce processus d’orientation, parents et enseignants ont chacun leur rôle. L’orientation étant un processus complexe, voici nos conseils.

  • Pour les parents

Il faut garder en tête qu’en tant que parents, personne ne peut mieux connaître votre enfant que vous-même. Cependant, le plus important pour un parent est de garder son rôle d’accompagnateur et de conseiller. Il n’est en aucun cas votre rôle de décider pour votre enfant. L’aider à trouver sa voie est le plus important.

  • Pour les enseignants et le corps éducatif

Le plus important pour les enfants ou les jeunes c’est de se sentir en confiance. Pour cela, ils ont besoin de se sentir écoutés, compris et surtout pas jugés. Les jeunes en échec scolaire surtout ont besoin de cette attention et accompagnement particuliers. En plus des séances d’information organisées dans les collèges et les lycées, les entretiens individuels sont réellement conseillés.

Nos conseils

  1. Commencer par dédramatiser les choses : un enfant peut très bien ne pas avoir les meilleures notes à l’école tout en ayant un avenir prometteur. Leur vie ne va pas se jouer au moment où ils redoublent, ou lorsqu’ils échouent à un examen.
  2. Préserver le dialogue : l’école joue aussi un rôle important dans cet accompagnement. Cela passe par l’instauration de programmes d’accompagnements, de coach scolaire, de conseillers d’orientation, etc.
  3. Mettre toutes les chances du côté de votre enfant pour avoir une scolarité épanouie. Sebastien Martinez accompagne les enfants et les jeunes depuis plusieurs années grâce à sa méthode personnelle pour réussir ses études. Il propose plusieurs formations et mini-modules pour booster la mémoire, réussir sa PACES ou le Bac, bien réviser, etc.

Ainsi, l’orientation professionnelle va prendre une nouvelle dimension. Assistance, conseils, information, éducation et soutien vont aider les jeunes à gagner en confiance et surtout à y voir plus clair. Offrir une aide véritable va permettre aux jeunes de trouver leur place et prendre en main leur avenir.  Le défi est de permettre aux jeunes, même après un parcours scolaire atypique, d’apprendre de leur expérience et de trouver leur voie.


[1] Bernard Desclaux, « B., Rayon. L’échec scolaire. Histoire d’un problème public. », L’orientation scolaire et professionnelle [En ligne], 30/4 | 2001, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osp/4959

Oublier 7 fois pour retenir : vrai ou faux ?

Oublier 7 fois pour retenir : vrai ou faux ?

“Il faut oublier 7 fois pour retenir” : une  maxime bien connue quoiqu’un peu approximative. Je vous propose aujourd’hui d’en modifier légèrement la formulation pour une approche plus juste scientifiquement :  “Oublier 7 fois pour considérer que l’on sait...

Envie de chouchouter vos neurones ?

Vous avez bien raison !

Chaque mois notre équipe vous propose des  conseils et des astuces mémorisation !

illustration formation elearning sebastien martinez logo noir

CHAQUE MOIS DES ASTUCES "MÉMORISATION" DANS VOTRE BOITE MAIL !

Surveillez votre boite mail !